Défis : Trouver des neuromythes !

Qu’est-ce qu’un neuromythe ?

C’est une croyance fausse concernant les capacités de notre cerveau.

Le neuromythe est souvent basé sur des résultats scientifiques mal interprétés ou trop vieux. Il résiste à l’information récente car il est souvent associé à une communication qui nous donne l’illusion qu’il est fiable par exemple des images de cerveaux ou des termes savants dans le texte.

Ecouter du Mozart nous rend plus intelligent.
Cette croyance fausse est basée sur un seul résultat  réalisé en laboratoire il y a 30 ans, jamais reproduit !
Pourtant, ce neuromythe a permis de vendre beaucoup de disques de Mozart pour que nous devenions plus intelligents…

A vous de jouer proposez nous d’autres neuromythes !
Il en existe environ 10 très connus.

Vous pouvez nous répondre avant le 6 Mars dans les commentaires ou bien par mail et nous publierons pour vous.
Résultats le 9 Mars.

Nous retardons les résultats car certains d’entre vous sont encore en vacances !

Vous avez jusqu’à vendredi 13 !

 

Les Neuromythes

Merci à Guillaume et Mathieu du Lycée Villaroy pour votre participation!

Pour vous donner les réponses et si vous souhaitez approfondir le sujet, nous nous basons sur une conférence drôle et très instructive de Elena Pasquinelli (Fondation La main à la pâte/Institut d’études de la cognition, Ens Paris) donnée en 2012 à l’occasion de la semaine du cerveau.

L’article « les neuromythes » par Marie Gaussel posté le 16 septembre 2013.
Ainsi le rapport de l’OCDE intitulé Comprendre le Cerveau, naissance d’une science de l’apprentissage, CERI, 2007, dans lequel, Bruno della Chiesa créateur du therme « neuromythe », chercheur et professeur à Harvard, les répertorie.
Texte écrit avec l’éclairage scientifique de Timothé Berha.

 

Activation en IRM fonctionnelle de la région locomotrice du tronc cérébral : tâche d’imagination de la marche chez des sujets sains - ©ICM

Activation en IRM fonctionnelle de la région locomotrice du tronc cérébral : tâche d’imagination de la marche chez des sujets sains – ©ICM

Le mythe des 10% :
En effet Nous utilisons bien l’ensemble de notre cerveau et non 10% ! Elena Pasquinelli nous explique, dans sa conférence, que cette idée reçue provient peut-être de l’imagerie cérébrale (IRM fonctionnel par exemple). Certaines zones s’activent d’avantage dans des conditions spécifiques. Cela se traduit par des zones colorées sur les images obtenues. Cela peut nous induire en erreur et nous faire penser que les autres zones du cerveau ne sont pas utilisées !

 

Le mythe des 3 ans : Un autre neuromythe consiste à dire que notre cerveau créerait la majorité des connections entre les neurones pendant les trois premières années de notre vie. Tout se jouerait à ce moment là ! Selon les tenants de ce neuromythe, il faudrait stimuler le cerveau avant trois ans pour donner toutes les chances aux enfants d’être très intelligents ! Il est vrai qu’il y a des périodes de croissance plus intenses que d’autres ou bien des « périodes sensibles » plus propices à certaines acquisitions, comme la langue maternelle. L’acquisition de la langue maternelle et le bilinguisme se construisent très tôt, les enfants deviennent insensibles à certains sons ne faisant pas partie de leur langue maternelle. 
De nombreuses études montrent que le cerveau reste « plastique » tout au long de la vie grâce à la synaptogénèse (développement et modification des connections) et la neurogénèse (création de neurones). Cela n’empêche donc pas d’apprendre d’autres langues mais quel qu’en soit le degré de « maîtrise », elles n’auront jamais le statut d’un langue maternelle.

Le mythe de la plasticité cérébrale absolue : Selon cette fausse affirmation, notre cerveau se serait modifié avec l’arrivée des nouvelles technologies. Ces dernières nous incitent, effectivement, à faire une multitude d’actions en même temps, nous sommes « connectés ». Mais cette « connexion » entraînerait-elle une modification de l’organisation de notre cerveau nous donnant la capacité de faire consciemment plusieurs choses en même temps. Par exemple pouvons-nous jouer à un jeu vidéo et répondre à quelqu’un simultanément avec la même attention ? Rien ne le prouve. Nous avons la capacité d’apprendre et de réaliser de nouvelles activités tous les jours, c’est la plasticité cérébrale, mais cela ne modifie en rien la structure du cerveau, sa nature humaine. Nous ne nous concentrons consciemment que sur une seule chose à la fois et les autres activités réalisées en même temps sont faites automatiquement. Ces actions sont effectuées sous le mode « pilote automatique » !

Le mythe de la mémoire muscle est également persistant. Il consiste à dire qu’un entraînement journalier (brain-training) améliorerait nos capacités mentales et notre mémoire. Effectivement, si nous nous entrainons dans un domaine choisi : par exemple retenir des chiffres et les manipuler, nous allons devenir experts. Mais serions nous experts également dans un autre domaine, par exemple retenir des lettre) ? Ceci n’est pas prouvé mais ce neuromythe continue à être utilisé par les entreprises comme argument de vente pour nous vendre des applications de brain-training . Sachez le !

Les fibres du cerveau, matière blanche, relient les deux hémisphères - ©Andreas-j cc-by-nc-nd-2-0

Les fibres du cerveau, matière blanche, relient les deux hémisphères – ©Andreas-j cc-by-nc-nd-2-0

Nous avons deux cerveaux : gauche et droit qui seraient différents et déconnectés. Le cerveau gauche serait rationnel et le cerveau droit artistique. Il faudrait alors s’entraîner pour faire travailler les deux hémisphères, faire de la brain-gym, pour les connecter, ou re-connecter.
Il est vrai que le langage est commandé par une partie du cerveau gauche uniquement (aire de Broca, aire de Wernicke). Les deux hémisphères sont donc bien différents. Mais des études ont montré que les deux hémisphères sont nécessaires pour apprendre à parler même si le centre du langage est à gauche. La plupart des tâches nécessitent le travail des deux hémisphères en parallèle. Ils communiquent l’un avec l’autre par le corps calleux.

Le style d’apprentissage AKV
Il consiste à dire qu’une personne apprendrait en utilisant principalement un moyen de perception: visuel, auditif ou kinesthésique. Cela signifierait que certains apprennent plus facilement en écoutant, d’autres en regardant, d’autres en touchant, en manipulant. Nous aurions un style d’apprentissage privilégié et si on nous présente une information dans un autre style que notre style d’apprentissage préféré, nous allons moins bien la comprendre et la retenir.
Or c’est contradictoire avec l’idée que le cerveau est interconnecté. Le cerveau utilise plusieurs moyens de perception pour permettre à la personne d’apprendre et de retenir de nouvelles informations. Par exemple, apprendre une carte géographique avec du son, n’a aucun sens même si notre mode d’apprentissage est auditif.

Nous pouvons apprendre en dormant : Même si le sommeil est mal connu, aucune étude n’a pu prouver que nous pouvons apprendre en dormant. Nous risquons plutôt de perturber notre sommeil. Par contre, un bon sommeil favorise la consolidation des compétences apprises en journée !

Il en existe d’autres, vous pouvez toujours nous en proposer….

A très bientôt pour d’autre défis !

 

Publicités

Une réponse à “Défis : Trouver des neuromythes !

  1. Le mythe des 10 % d’utilisation du cerveau.
    (Les origines de ce mythe restent floues). L’imagerie cérébrale et la neurochirurgie confirment que le cerveau est actif à 100 % et que l’ensemble des zones cérébrales, primaires et secondaires, est en interaction.
    Guillaume et Mathieu, Lycée Villaroy

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s